Regard citoyen sur l'actualité
Lectures critiques et subjectives

lundi 21 janvier 2013

L'immonde tentation (6/10)


Parution d'une nouvelle inédite en dix billets (...)



Les gouttes de pluie viennent s’écraser sur ses fenêtres, elle les entend. Mathilde n’est en rien sortie de sa folie, bien au contraire elle s’y enfonce à trop y laisser s’introduire les arguments du temps. Avec l’orage est venue, certes, la pluie mais c’est surtout l’obscurité qui s’invite comme un cadre de réalité terriblement incitatif. Au sombre de ses intentions correspond maintenant l’obscurité orageuse d’une fin de soirée d’été.
Mathilde, bousculée par tant et tant de bon sens d’apparat, entend ses fils dans l’autre pièce. Ils jouent à la console dans un silence assourdissant que parfois quelques cris viennent rompre. C’est cette dernière agression qui la somme d’enfin agir. Son couteau de boucher arme encore sa main droite. Elle pose le torchon maculé de sang qui jusqu’à présent lui servait à chasser les gouttes de sang étrangères à celui qu’elle s’apprête, follement, à aller faire couler.
En débouchant dans le salon ils ne la voient pas, obnubilés qu’ils sont par leur jeux. Et elle qui n’a toujours pas trouvé les armes pour faire enfin reculer ses ignobles pulsions de mort. Plongée dans le noir la pièce n’est éclairée que du simple éclairage de l’écran de télé allumé. Que cette triste scène tout juste animée par cette succession de clair-obscur semble à la mesure du drame qui s’annonce. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire