Regard citoyen sur l'actualité
Lectures critiques et subjectives

jeudi 31 mai 2012

Le dernier amour d'Arsène Lupin ne sera pas le meilleur


Le Dernier Amour d'Arsène Lupin


Les éditions Balland propose un bien malheureux inédit des aventures d'Arsène Lupin, écrit par Maurice Leblanc lui même: Le dernier amour d'Arsène Lupin. Bien malheureux car on a connu l'auteur plus inspiré, mais surtout plus en possibilité de l’être. Et c'est bien ce qui choque dans ce livre: Maurice Leblanc lui même ne l'aurait certainement pas fait paraitre en l'état. D'où de légitimes questions concernant cette publication bien opportune.
Rapidement donnons à expliquer le comment à cette rareté. Un inédit de Leblanc pensez donc! Ça se trouve où ça? Et bien sur les hauts de placard forcément.
Ecoutons Florence Boespflug en introduction du livre:
"Les hauts de placard recèlent parfois des trésors oubliés. C'est ainsi que j'ai retrouvé, sans le chercher, ce roman sorti de l'imagination de mon grand-père Maurice Leblanc..."
L'histoire est elle même est tout à la fois  riche et frappée du sceau de la déception amoureuse pourrait-on dire. Celle d'un auteur, Maurice Leblanc, ne sachant pas comment se débarrasser du personnage de fiction qui l'a rendu célèbre. 
Il met ainsi en scène un Arsène Lupin nouvellement père et qui contrairement à ce qu'il avait fait dans le passé par deux fois décide de s'occuper pour de bon de son enfant. Nous sommes en 1920 et Arsène Lupin n'en a pas finit avec ses identités multiples. Tour à tour capitaine André Savary ou capitaine "Cocorico" le voilà en "éducateur" de rue grimé en Jules Ferry pour les gamins déshérités de la "zone" de Julainville. 
Pour mener à bien ses ultimes péripéties le grand Arsène ira jusqu'à se faire passer pour un urbaniste.
Mais problème avec ce roman: Leblanc l'avait écrit au cours de l'été 1936 en vue d'une publication en feuilleton à paraitre dans le journal l'Auto. Mais une congestion cérébrale l’empêcha de retravailler son texte comme il aurait souhaiter le faire. 
D'où un texte certes riche et étonnant de réalisme (on y croise par exemple un Napoléon criant de réalisme), mais qui peine à emporter l'adhésion tant lui manquent les ultimes corrections et ajouts que son auteur n'a pas eu le temps de lui apporter. 
C'est un peu en cela qu'il méritait peut être de rester sur le haut de son placard.  



Lien vers le site de l'éditeur: 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire