Regard citoyen sur l'actualité
Lectures critiques et subjectives

jeudi 31 mai 2012

Le dernier amour d'Arsène Lupin ne sera pas le meilleur


Le Dernier Amour d'Arsène Lupin


Les éditions Balland propose un bien malheureux inédit des aventures d'Arsène Lupin, écrit par Maurice Leblanc lui même: Le dernier amour d'Arsène Lupin. Bien malheureux car on a connu l'auteur plus inspiré, mais surtout plus en possibilité de l’être. Et c'est bien ce qui choque dans ce livre: Maurice Leblanc lui même ne l'aurait certainement pas fait paraitre en l'état. D'où de légitimes questions concernant cette publication bien opportune.
Rapidement donnons à expliquer le comment à cette rareté. Un inédit de Leblanc pensez donc! Ça se trouve où ça? Et bien sur les hauts de placard forcément.
Ecoutons Florence Boespflug en introduction du livre:
"Les hauts de placard recèlent parfois des trésors oubliés. C'est ainsi que j'ai retrouvé, sans le chercher, ce roman sorti de l'imagination de mon grand-père Maurice Leblanc..."
L'histoire est elle même est tout à la fois  riche et frappée du sceau de la déception amoureuse pourrait-on dire. Celle d'un auteur, Maurice Leblanc, ne sachant pas comment se débarrasser du personnage de fiction qui l'a rendu célèbre. 
Il met ainsi en scène un Arsène Lupin nouvellement père et qui contrairement à ce qu'il avait fait dans le passé par deux fois décide de s'occuper pour de bon de son enfant. Nous sommes en 1920 et Arsène Lupin n'en a pas finit avec ses identités multiples. Tour à tour capitaine André Savary ou capitaine "Cocorico" le voilà en "éducateur" de rue grimé en Jules Ferry pour les gamins déshérités de la "zone" de Julainville. 
Pour mener à bien ses ultimes péripéties le grand Arsène ira jusqu'à se faire passer pour un urbaniste.
Mais problème avec ce roman: Leblanc l'avait écrit au cours de l'été 1936 en vue d'une publication en feuilleton à paraitre dans le journal l'Auto. Mais une congestion cérébrale l’empêcha de retravailler son texte comme il aurait souhaiter le faire. 
D'où un texte certes riche et étonnant de réalisme (on y croise par exemple un Napoléon criant de réalisme), mais qui peine à emporter l'adhésion tant lui manquent les ultimes corrections et ajouts que son auteur n'a pas eu le temps de lui apporter. 
C'est un peu en cela qu'il méritait peut être de rester sur le haut de son placard.  



Lien vers le site de l'éditeur: 

mardi 29 mai 2012

Etats-Unis quand la justice dérape: un livre réquisitoire




Correspondant de l'Express aux États-Unis, Philippe Coste livre un descriptif effarant des dérives du système judiciaire dans son dernier livre: États-Unis quand la justice dérape.
 Un homme condamné à la perpétuité pour avoir volé des piles, un autre subissant le même sort du fait de s'être rendu coupable d'un vol de pizza. Ou bien encore l'histoire de ce SDF enfermé à vie pour avoir dérobé un ...vélo. Et à chaque fois l'arsenal juridique sollicité est toujours le même: cette fameuse loi dite du "tree strikes and out", en référence, surement, à la passion américaine pour le Baseball.
Résumé à gros trait le principe est simple tout autant que régressif. Si l'on est condamné à trois reprises et en moins de 18 mois à trois crimes faisant partie d'une liste prédéfinie on encoure la sanction maximale, et ce qu'importe la gravité du troisième crime. 
Loi votée sur une initiative populaire dans les nombreux États où elle existe, celle ci illustre les dérives sécuritaire d'un pays que plus rien ne choque lorsqu'il s'agit d'intransigeance judiciaire. 
Résultat des courses: il y a aux États-Unis près de deux millions et demi de prisonniers, soit un pourcent de la population en prison. 
Record mondial et problème de société flagrant. Car autant de prisonniers c'est à coup sûr l'impossibilité de recouvrir leurs droits civiques pour beaucoup d'entre eux. Ce qui ajouté à l'abstention réduit d'autant le nombre d’électeurs ayant, de fait, voté pour qui les gouvernent. 
C'est peut être pour cela que ni Clinton et encore moins Obama n'ont pris le pari de prôner le changement sur ce terrain là. Que dirait-on d'un président prétendant en finir avec le business des prisons et le délire sécuritaire qui caractérisent le pays? Par prudence aucune personnalités politique d'envergure nationale n'a, aux États-Unis, pris le pari d'une telle audace.
En attendant la machine judiciaire américaine se charge, jour après jour, d'alimenter le complexe pénitentiaire. Quitte à réclamer pour cela la complicité, parfois involontaire, des juges avouant eux mêmes trouver certaines de ces lois parfaitement ridicules.

lien vers la page auteur sue fnac.com: 

http://livre.fnac.com/a3722896/Philippe-Coste-Etats-Unis-quand-la-justice-derape

Sur amazon:

http://www.amazon.fr/Quand-justice-d%C3%A9rape-Philippe-Coste/dp/2843438519

jeudi 24 mai 2012

un livre pour la mémoire:L'infamie, le procès de Riom, février-avril 1942


 


Dans son dernier livre, L’infamie, le procès de Riom, février-avril 1942, Jean-Denis Bredin éclaire une page d'histoire sombre et qu'il serait pourtant bon de méditer:  Le procès de Riom.
C'était entre février et avril 1942. Le régime de Vichy s'était mis en tête de juger les "responsables de la défaite", comme on les appelait.
En tête de file on trouvait des accusés célèbres: Léon Blum et Édouard Daladier. But suivi derrière cet acharnement judiciaire sans légalité: enfin juger la République, ou la "gueuse" comme les vichyssois la surnommaient dédaigneusement. Le ramassis de réactionnaires qui tenait les rênes du pouvoir à ce moment là pensait ainsi honorer le plus symboliquement possible leur esprit de revanche que cette défaite surprise les autorisait à assouvir.
Très mauvaise idée, comme souvent à pareille époque, car ce que les caciques de l’État français n'avaient pas prévu c'était que les accusés se défendraient avec intelligence, force et arguments.
Du procès à charge contre la République le procès de Riom devint celui des responsables de la défaite que Vichy abritait, à commencer par Pétain lui même.
Colère du maréchal devant ces accusations, et coup de sang d'Hitler lui même qui exigea la suspension définitive du procès.
Jean-Denis Bredin nous en livre une analyse brillantissime d'objectivité, de densité et d'exhaustivité à travers son livre: L’infamie, le procès de Riom, février-avril 1942.

Le livre sur le site de l'éditeur:

http://www.grasset.fr/Grasset/CtlPrincipal?controlerCode=CtlCatalogue&requestCode=afficherArticle&codeArticle=9782246784234&ligneArticle=0

jeudi 17 mai 2012

On parle de moi sur le net


Présentation de mon parcours et de ma production sur le blog des éditions Myriel:

Lire la présentation en ligne:

http://blogmyriel.blogspot.fr/   (voir à la date du mardi 15 mai 2012)

Un peu d'autosatisfaction

calendrier des publications à venir


Deux nouveaux romans a paraître aux éditions Myriel

1) L'enfant fugace, sortie en septembre 2012
2) Le roman de mai (titre provisoire), sortie prévue en janvier 2013

Attention il s'agit de dates prévisionnelles

mardi 15 mai 2012


 Actes sud


Fiche de lecture

Auteur: Eric VUILLARD

Livres: Congo et La bataille d'occident

Editeur Acte Sud


Congo

Eric Vuillard est un écrivain tout aussi discret que talentueux. Après Le chasseur (1999) qui le fit remarqué et le très exhaustif Conquistador (2009), Vuillard revient avec, de nouveau, l'envie de nous inviter au voyage...historique. 
Par deux courts romans publiés aux éditions Acte Sud, il montre les jeux diplomatiques et historiques qui ont présidé au découpage de l'Afrique et à la montée en puissance de l'Allemagne bismarckienne à la fin du XIXème en Europe.
Congo, tout d'abord, où Vuillard plante le décor de la conférence de Berlin de 1884 au cours de laquelle l'Europe se partage l'Afrique. Bismark, plénipotentiaire chancelier impérial d'Allemagne, y a convoqué treize des nations les plus âpres au gain. Tout y est des décors post-rococo du palais Radziwill à l'esprit carnassier des français tout ça mâtiné par un brin de fourberie du représentant belge. 
Au final on découvre l'envers du décor colonisateur: cette volonté sourde de nier l'existence même des pays qu'on se partage. Car si le Congo existe bien sur le papier et dans la tête de ses dépeceurs , il n’existera que là.
 
 La bataille d'Occident
Dans son autre livre La bataille d'Occident Vuillard poursuit dans cette même veine dénonciatrice. Mais plus question du simple partage du trésor africain. Ici on parle des suites guerrières que cette volonté de partage du monde a occasionné en Europe. Car toute la première guerre mondiale était déjà là en cette fin de XIXème siècle. Obsédés par toujours plus de puissance les pays européens étaient appelés à devoir s'affronter directement et non plus par appropriations coloniales interposées. Dès 1905 l'Allemagne possède son plan d'attaque de la France. L'étincelle sera certes l'assassinat de Sarajevo, que Vuillard traite sous l'angle du sort tragique que connu Sophie Chotek, princesse morganatique d’origine tchèque snobée toute sa vie durant par les Habsbourg d'Autriche. 
Après le reste, ce jour du 22 aout 1914 au cours duquel meurent 27000 hommes, le Chemin des Dames, la der des der, appartiennent à la grande histoire maintes fois racontée.




Paris et son anecdotique


 

 Fiche de lecture

Livre: Une histoire de Paris par ceux qui l'ont fait

Auteur: Graham Robb

Éditeur: Champ Flammarion

Graham Robb est un historien talentueux et nous le savions. Et il fallait un tel talent pour s'atteler à la tache hautement complexe à laquelle il se voue dans son dernier livre: Une histoire de Paris par ceux qui l'ont fait.Se focalisant sur la période courant entre la Révolution et nos jours l'historien y recense toutes ces petites anecdotes constellant la micro histoire des grands acteurs politiques ou intellectuelles qui ont fait Paris à son image et selon sa légende.
 De Hitler remontant l'avenue de l'Opéra à la fuite pour Varennes du couple royal en 1791 on croise tout le monde ou presque. Proust s'invite également de même que de Gaulle, Vidocq, Bonaparte, Gambetta ou Gréco. 
Ballade érudite et plaisante à l'image des derniers livres de l'auteur, ce livre, élu meilleure livre d'histoire de l'année 2011 par le magazine Lire vaut incontestablement le détour.

Lien vers le site de l'éditeur: http://editionsflammarion.flammarion.com/Albums_Detail.cfm?ID=41917&levelCode=sciences

mercredi 9 mai 2012

 


Fiche de lecture

Tiotre: Kerouac et la Beat Generation

Auteur: Jean-François Duval

Editeur: PUF

C'est à un vrai travail d'histoire intellectuelle à mi chemin entre l'histoire littéraire et l'analyse sociologique que se livre l'auteur. Car rappelant que Sur la route, le livre culte de Kerouac, confine "bien moins (à l') évènement littéraire (qu'au) phénomène sociologique3, Duval prend garde de ne pas tout confondre.
Poursuivant sur un thème qu'il avait déjà traité dans son Buck et les Beat: essai sur la Beat Generation, sorti en 1998, l'auteur fait parlé dans ce nouveau livre de nombreux témoins de l'époque afin de définitivement cerner, ou presque, la figure majeure et tutélaire de la Beat Generation: Jack Kerouac.
Il en ressort un livre dense, abondamment étayé et surtout terriblement confondant dans ses conclusions. 
Car ce que montre Duval c'est bien toute la postérité, pas toujours consciente, que la contre-culture continue d'avoir sur notre époque, en particulier en Europe.

Aller sur le site de l'éditeur: 



mercredi 2 mai 2012

 

Fiche de lecture

 Titre; Olympe de Gouges

Auteur: Catel Muller et José-Louis Bocquet

Editeur: Casterman

Notre avis:
Très belle initiative que cette BD. Beaucoup de personnes pourront ainsi en apprendre sur l'une des pionnières du féminisme français. Olympe est, en effet, à Etta Palm d'Aeder, Claire Lacombe où quelques artisanes sans-culotte de la Révolution française de celles qui ont fait exister la question des femmes à la fin du 19ème siècle. 
Olympe, fille batarde d'un noble "détrousseur de domestiques" fut d'entre toutes la plus ouvertement victime de misogynie. Fustigeant l'hypocrisie des révolutionnaires, rédigeant dès 1791 une "déclaration des droits de la femme", elle fut accusée à maintes reprises d'hystérie et de folie. Accusations fréquentes à l'époque lorsqu'on souhaitait discréditer les revendications politiques d'une femme. Anti-robespierriste, un temps soupçonnée de dantonisme, elle refusera la violence des hommes de son époque, jusqu'à finir sur l'échafaud et s'y comporter avec infiniment plus de courage qu'un Robespierre larmoyant.
Remercions donc les éditions Casterman de nous faire découvrir si ludiquement une tel personnage injustement oublié, aujourd'hui.

Voir le livre sur le site de l'éditeur:
http://bd.casterman.com/albums_detail.cfm?id=41371

 
 Cliquer pour fermer

Fiche de lecture

Titre: Les décisions absurdes II

Auteur: Christian Morel

Éditeur: Gallimard

Notre avis:

Saluons le nouvel opus de Christian Morel, Les décisions absurdes II. L'auteur, sorte d'autodidacte sociologue ou "sociétologue", nous y livre le descriptif de tous ces petits facteurs d'absurdité qui mènent, bien souvent, à de véritables fiascos. Alternant entre le léger et le grave, Morel fait l'inventaire de tous ces excès d'autorité ou de précaution qui, parfois, mènent tout droit vers l'incongru, au mieux, ou vers la catastrophe, au pire.
De ces deux pilotes qui par abus de précaution tournent tellement en l'air avant d’atterrir qui finissent par s'écraser par manque d'essence à ce capitaine de supertanker qui par obsession du code maritime finit par aller percuter un autre bateau, on trouve de tout dans ce livre.
Le précédant opus, Les décisions absurdes. Sociologie des erreurs radicales et persistantes, était certainement plus explicite quant à la méthodologie employée par l'auteur à travers cette cascade de non-sens. Car pour lui il s'agit bien de procéder à une quasi sociologie, tantôt cognitive tantôt purement pratique, de ces drôles de décisions. 
Mais évolution par rapport au premier opus: la volonté cette fois ci de chercher à savoir comment "éviter" ces décisions aberrantes. 
On ne sort pas de l'esprit fin et bourré d'humour du premier tome, fort heureusement, mais on se met, cette fois-ci, à mieux esquisser jusqu'où l'incongruité des choses est prononcée à travers ce nouveau biais réflexif. 
A lire assurément.

Voir le livre sur le site de l'éditeur:
 http://www.gallimard.fr/Vient_de_paraitre/gallimard-cgi/appliv1/ind_ouvrage?ouvrage=0010072125007203703320000

Voir la présentation du livre sur le blog de l'auteur:
http://christian.morel5.perso.sfr.fr/