Regard citoyen sur l'actualité
Lectures critiques et subjectives

vendredi 23 septembre 2011

Quand le 11 septembre inspire la littérature

            

Il y a tout juste douze jours les Etats-Unis célébraient le dixième anniversaire des attentats du 11 septembre 2001.
Dans l'intervalle nous avons eu le temps de rassembler nos plus récentes lectures et ainsi faire un rapide tour d'horizon littéraire sur la question.
Petit panorama, donc, de la littérature américaine récente qui s'inscrit dans la référence à ce mardi 11 septembre 2001:

Parmi les plus illustres:

L'homme qui tombe; Don DeLillo; Acte Sud, 2008.

Le Crépuscule des superhéros (recueil de nouvelles), Déborah Eisenberg, l'Olivier, 2009.

Samedi, Ian McEwan, Gallimard, 2006.

La Vie est belle, Jay McInerney, L'Olivier, 2007.

Terroriste, John Updike, Seuil, 2008.

Parmi les auteurs non-américains de nationalité ou d'origine:

Open City, Teju Cole, Random house, 2011

L'intégriste malgré lui, Mohsin Hamid, Denoel, 2007.

Les enfants de l'Empereur, Claire Messud, Gallimard, 2008.

Parmi les romans non-traduits:

Harbor, Lorraine Adams, Alfred A. Knopf, 2004.

There's a Road to Everywhere Except Where you Came From, Bryan Charles, Gove Press, 2010.

Pour aller plus loin voir les sites de certains auteurs:

http://lorraineadams.net/

http://bryancharles.noslander.com/

http://www.tejucole.com/

http://mohsinhamid.com/

http://www.ianmcewan.com/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire